La défigure des corps est inscrite dans un démembrement de chair où seule l’expérience

du mannequin avec le coup de dé du photographe compte. Les photographies racontent l’histoire

d’une rencontre entre un quêteur de sens et un homme, à la recherche de ses propres limites

corporelles. Les clichés s’épuisent dans des fonds obscurs, comme des arrachements à la

matière même de la photographie. Ce sont des corps qui pourraient exister en dehors de toute

focale, des corps qui luttent contre leur propre nudité, des corps posés dans un écueil de mer

 

noire, ce sont des corps, désespérément à l’affût d’une tentative d’universalité.